Illustration de Antoine Demers-Charbonneau

Illustration de Antoine Demers-Charbonneau

 

 

New York, 22 mars 70

 

Dear Emily,

 

Montréal est toujours sous la neige ? Le froid mord-il toujours aussi brutalement tes joues ? Je dois venir à la fin avril pour donner une conférence en psychiatrie à l’Université de Montréal. Je t’espère présente.

Je me réchauffe comme je peux. J’ai rencontré, hier, une femme qui t’aurait plu. Une française, doctorante de vingt-six ans, bien surprenante. Il y avait si longtemps que j’avais touché à une femme et, qui plus est, à une française. Raoul l’a amené souper avec nous dans le Chinatown et nous avons discuté de Barthes et de mai soixante-huit. Tu sais, ce genre de soirée où les conversions intellectuelles aiguisent les désirs, écrabouillent le cerveau pour descendre jusqu’au bas ventre. Plus que son physique, c’est son intelligence qui m’a excité. Raoul, pas idiot, nous a laissé l’appartement. Dieu sait où il a pu aller. Peut-être chez Fabrizio, son ami peintre, et pédé comme pas un.

Charlotte avait des allures garçonnes qui ne me déplaisaient pas. Sur sa nuque dégagée, j’ai laissé deux ou trois baisers qui la firent frémir. Elle m’a fait découvrir la peau de son ventre. Une peau blanche et soyeuse. Du bout des doigts, j’effleurais ses mamelons. Elle m’a arrêté un moment et elle est allée à la salle de bain pour revenir affublée d’un gode fixé à son pantalon. Tu comprendras que ses airs angéliques en ont pris un coup. Elle m’a sucé un moment tout en masturbant son engin. Elle m’a demandé de me retourner et a, d’un coup de langue électrique, touillé ma salade, pour ensuite m’enfiler brutalement. Je ne te dis pas la vigueur de son coup de bassin. Si ce n’était de cette tendresse violente, j’aurais trouvé cela plutôt ennuyant, mais il y avait chez elle une douceur qui m’a ému, une mélancolie ; tu sais, la mélancolie portugaise, la saudade, la mélancolie des choses qui n’ont pas eu lieu, mais qui auraient pu avoir lieu.

Après, nous avons continué de parler de politique et de littérature. Charlotte a ensuite caressé l’idée de nous revoir et, comme un adolescent aveuglé par le désir ou l’amour, j’ai dit oui.

 

-Libertin Le Manche

Blide Vernàkën

 

 

 

1 Comment

  1. M
    May 30, 2015

    Mon dieu que j’aurais voulu plus!

    Reply

Leave a Reply