Catherine White

Illustration de Catherine White

J’t’imagine
Toute nue sans lunettes
Ou… Toute nue avec lunettes
Sans lunettes…
Avec lunettes…
Sans, avec, sans avec, sans, avec, sans, avec, sans…

Toute nue sans lunettes
À califourchon sur une table de pique-nique
Les jambes écartées, la jupe pom pom girl
La bouche crème glacée, coulisse blanche dégueulasse.
S’t’un cône que tu tiens entre tes cuisses
S’t’un cône pis c’est l’mien
T’es ma Dairy Queen, mon bébé
Ma reine frosté
Envoye mange!

R’ouvre plus grand…
Montre-moi-les…
Pince les forts…
De même!
Comme ça!
Tient le bein!
Viens…VIENS!

Tu m’fais « wet dreamer » éveiller.
J’peux presque te sentir.
Pis ça fait mal de savoir que tes boules
Sont juste dans ma tête

14 jours à forniquer sur ton cas
14 jours de tête à queue
14 jours que j’t’aime le cul par la fenêtre
14 jours de chemin de croix
De ta ruelle à chez moi

Tes poubelles me parlent ma belle
Y me disent comment t’écris
Me montrent les courbes de tes listes d’épicerie
J’bande sur tes « pamplemousses »
Sur ton « Smoked meat »
Sur tes « miches de pain fraiches »
Par la fenêtre j’bande tout le temps

Toute nue sans lunettes.
Toute nue avec lunettes.
Sans lunettes…
Avec lunettes…
Sans, avec, sans avec, sans, avec, sans, avec, sans, avec…

Toute nue avec lunettes
Institutrice tentatrice au tailleur adultère
J’ai copié sur la voisine madame, j’ai tiré sur ses couettes
Appelez pas ma mère, appelez la vôtre
Frappez moi, j’vous en supplie
À coup de baguette, à coup de barre, à coup de fouette
J’va recommencé j’vous jure!
Punissez-moi pendant qu’y est temps
Punissez-moi pendant qu’c’est dure

Sur les doigts…
Sur les seins…
Dans les cuisses…
Plus fort…
PLUS FORT…
PLUS FORT OSTI D’CHIENNE!

S’pas possible s’que tu m’fais faire
Avec les trésors de tes sacs verts
Tampons, Kotex, Kleenex imprégné de cyprine
C’est de la chance
Ou c’est peut-être Maybeline
C’est presque frais, ça date d’aujourd’hui
Ou c’était peut-être hier
Sur le calendrier faudrait j’check
C’est fou de savoir quand tu saignes
Ça me donne le goût de saigner moi avec

Ma beauté myope d’occasion
Un jour quand j’aurai trouvé les mots, j’va te parler
M’a te dire des affaires que les hommes disent dans vie, pi j’va te toucher.
J’va t’amener chez nous pi j’va te montrer mes chats
Si t’es fine j’va te flatter toi avec sur de la musique de sexe
J’me mords les jointures juste à y penser

Je saigne là…
Toi aussi, je l’sais

– Guedoune

Guedoune

1 Comment

  1. rencontre infidele
    September 11, 2014

    Tres interessant comme point de vue, je ne connaissais pas et ca me donne envie d en savoir plus…

    Reply

Leave a Reply