Illustration de Pascal Blanchet

Illustration de Pascal Blanchet

Sur une petite butte verdoyante, une femme s’amusait avec quatre hommes aveuglés par la jouissance. À cheval sur l’un d’eux, elle n’arrivait plus à savoir si les tremblements provenaient d’elle ou de la terre même. Un deuxième sexe vint se loger dans sa bouche et lui fit oublier ce léger souci. Quelqu’un lui massait les seins, se penchait pour mordiller ses mamelons. Un autre mouilla un doigt et pénétra son derrière. À l’odeur âcre de la sueur et des sexes en plaisir, l’odeur du soufre et du feu flottait dans l’air. Était-ce son sexe qui devenait fou ?

Les tremblements devinrent plus forts. L’un des hommes prit peur et se retourna : une fumée noire sortait d’une montagne à quelques milles. Il débanda d’un coup. Il voulut prendre la fuite, mais la femme, grâce aux muscles puissants de sa matrice, retint son sexe dans le sien et lui redonna, par le fait même, toute sa vigueur. Elle voulait les voir jouir chacun à son tour.

Ses orgasmes répétés la rendaient ivre. À la première explosion du volcan, les deux hommes en train de se faire sucer éjaculèrent, couvrant la totalité du visage de la femme et une partie de sa poitrine. Le danger les rendait fébrile. Les deux autres se redressèrent et lâcha le magma blanc sur le reste du corps. Elle caressa son corps ensemencé et s’endormit.

Elle se réveilla du sommeil de l’orgasme. Autour d’elle que ruines, feux, braises, cendre, corps calcinés, recroquevillés comme des fœtus de pierre.

Ainsi, l’épaisse couche de semence provenant de ses amants l’avait sauvée.

 

-Blide Vernàkën

Blide Vernàkën

 

 

Leave a Reply