Illustration de Mireille Saint-Pierre

Illustration de Mireille Saint-Pierre

Tout au long de la soirée, il avait observé sa copine balader sa longue queue noire et ses petites moustaches parmi les invités. Il la repérait rapidement dans la foule grâce à ses oreilles pointues et velues qu’elle avait sur la tête. Ce qui lui permettait de la surveiller jalousement pendant qu’elle faisait onduler son corps félin au rythme des conversations et des invités. Son costume de robot ne lui donnait pas autant d’aisance que celui de l’an passé, et il regrettait bien d’avoir opté pour un corps en boite de carton plutôt qu’un simple tableau de bord en feuille de papier. Décision qui l’obligeait maintenant à rester légèrement à l’écart et discuter avec les gens qui venaient à lui.

Il était à discuter avec Dark Vador, quand il aperçut les oreilles de sa copine se déhancher avec les cornes d’un taureau sur la piste de danse. Ce bovin en rut fonçait sur sa petite chatte qui ne cherchait pas à se défendre. Les circuits se touchaient dans sa tête et l’alarme était donnée. Il s’avança dans la foule dense avec maladresse. Sa carrosserie se heurtait sur les gens et se froissait toujours davantage alors qu’il approchait la piste de danse. Son processeur avait déjà calculé un plan d’attaque quand il mit le pied sur la piste.

Il souleva de ses bras métalliques le corps filiforme de sa copine et la porta jusqu’à l’extérieur sous le regard ahuri de la foule qui s’écartait sur son chemin. Dehors, elle se débattait légèrement et exigeait qu’il la libère sur-le-champ. Elle était maintenant à nouveau sur ses pattes et le fixait de ses grands yeux de lionne. Il en convenait, son action était plutôt rustique, mais à problème simple, solution simple. Mais, ses mouvements n’avaient rien de ceux d’un robot, pendant qu’il faisait gémir ce chat de ruelle.

-Douce Poitras

Douce Poitras

Leave a Reply