Illustration de Amélie Roy

Illustration de Amélie Roy

 

On était adolescent, ok? Genre pseudo adulte, max. Perdu à Mexico à la sortie du bus, en culottes courtes et sac à dos… Mal matché ou du moins louche. C’était Before Sunrise ben avant que le soleil se lève. T’avais le néerlandais dans la bouche et moi l’cul d’sac d’la France dans gorge, mais nos anglais de base faisaient la job… À condition bien sûr, d’avoir le sens de l’humour. Pis tu l’avais!

À rire fort de mes bas blancs gringos dans la gare de taxis pirates à 4 :00 du matin. C’était comme peinturer une cible en sang sur nos sacs-bananes secrets et j’te jure qu’y’a fallu que je deal ferme le prix d’ta gorge à 20$ US. On s’est rendu à l’hostel-motel-coquerelle sans que tu perdes le gloss de ta face Vogue et là-bas tu t’es mise à insister pour qu’on ne dorme pas. C’est vague dans ma tête, mais Tequila même en gros québécois fatigué-sale, semblait sonner  cristal dans tes yeux d’fille blonde trop belle top-modèle manqué, qui se mord les lèvres.

Salud!

Et nous voilà polyglottes le temps d’une shot.

Salud!

Et tu dis des choses que je ne comprends pas.

Salud!

Et tu m’expliques que ça veut dire : « Mange moi le fond de la yeule. »

Salud!

Et on se donne des cours de langue, en traduction simultanée pour malentendant sur les fesses.

Salud!

Et bientôt, une bouteille vide là où il n’y a plus bermuda qui vaille.

« You are no gringo! » que tu dis en pointant l’une des branches du cactus de mon corps. « Ben you bet caliss, gracias! » pis tu te pitch sur moi prête à t’empaler, pas épilée, mais déjà trempe, sur les piquants. Bientôt, nous sommes un buffet l’un pour l’autre, servez-vous ça se passe su’l divan. Nice lips, what’s the language down here? Et tu t’étouffes presque de rire sur mon pénis. Pas de stress, on est fluide dans la langue et ça goûte le sucre au sud de nos corps. C’est ma première de ta race, que je pense la face dans la tulipe de ton sexe. Tu viens de Hollande, right? Comme si ça avait de l’importance au fond d’où tu viens, où nous sommes, alors que tout se mélange dans la fusion des matières, de nos corps, de notre graisse, de notre beurre de backpacker crasse, comme des nachos au fromage jaune dans l’micro-ondes.

Pis-là pendant un moment, dans l’nirvana de tes cuisses j’hallucine quelque chose comme « Smell like teen spirit ». Je me redresse et manque de peu le char qui passe par la fenêtre. Tu me rejoins dans un face à face. « C’est mon tune! », que tu cris extatique, belle à tuer, à vouloir pawner mon passeport. « Did you know that Cobain use to make vagina collage with fondue meat? » Tu dis ça, comme si c’était banal, me regardant avec les plus beaux grands yeux verts / sourire du monde, combo de face qui s’achète pas en piastre. On dirait un enfant qui a gagné le concours de dessins de son dentiste. « What? Impossible! ». Tu ris fort. Tu t’en caliss de l’hostel qui dort. En ce moment, le monde tourne autour de toi. Ma vision du Mexique t’encastre dans sa légende à côté des guns de Pancho Villa, d’la moustache à Khalo pis des vagues bibliques de Punta Cometa. Tu es belle et blonde et folle et tout ça est impossible caliss, coudonc c’est tu ma fête?

«  I… I think I want to marry the shit out of you. »

Ça sort tout seul de ma bouche. Une tarentule de mots qui force son chemin entre mes lèvres, style Lagon Bleu.  Je ris semi-certain de comment ça sonne. J’ai peur de te faire peur, là dans le noir traitre qui tue… Pis tu me frenches. Envale l’araignée en te léchant les lèvres.

Je sais qu’on ne se mariera jamais. Mais tu fais comme si. On l’aime notre histoire qui s’peut pas. On s’fait une vie complète de la nuit à nourrir le mythe de nos promesses, cette bébitte-là, jusqu’à s’qu’on sorte d’icitte, que nos trails se split le jour où tu me quitteras sur le pouce, les cheveux dans face, pas tuable et pour toujours dans l’atlas des vies que j’aurai laissé partir dans cicatrice des crossroads. Mais pour l’instant, nous faisons comme si…

Perdu dans la traduction.

À se manger l’fond de la yeule, comme deux langues faites pour s’entendre.

-Guedoune

Guedoune

Leave a Reply