Illustration de Marie-Anne Dubé

Illustration de Marie-Anne Dubé

 

Dear Emily,

 Tu ne le croiras pas, mais j’ai rencontré un homme dans le métro. Quel endroit sordide, ne crois-tu pas ? Je revenais d’une soirée dans SoHo et je suis revue chez moi en métro. Désert, bien sûr, à cette heure. Le dernier métro.

Il ressemblait à Hannah Arendt avec un sexe d’homme. Aussi étrange que cela puisse te paraître, il était séduisant. Un peu éméché par l’alcool, j’ai décidé d’aller m’asseoir près de lui. Nous nous sommes scrutés de la tête au pied et, si tu veux le savoir crument, j’ai empoigné généreusement son entre-jambe. Il a esquissé un sourire narquois et m’a touché à son tour. Comme ça. Le plus naïvement du monde, comme deux gamins.

Sa bouche était brûlante.

Elle plongeait sur mon sexe.

Quand avaler est un euphémisme.

Là, seuls, dans le wagon.

J’ai joui et il a descendu à la station suivante sans me dire au revoir, ni même me laisser son numéro de téléphone.

S’il avait su ce qu’il l’attendait chez moi.

Je me suis laissé bercer ensuite par les soubresauts du métro arpentant les souterrains de Manhattan.

-Libertin Le Manche

Blide Vernàkën

 

 

Leave a Reply