Illustration de Antoine Charbonneau-Demers

Illustration de Antoine Charbonneau-Demers

Robin est un bel homme pour son âge. Un peu grisonnant mais pas trop, juste assez pour être encore sexy aux yeux des jeunes filles qui les préfèrent matures. Il aime la vieille musique rock, le blues et conduit une minivan bleue rouillée, toujours pleine doutils. Sa vieille chienne Jacky a aussi le museau qui grisonne. Elle le suit partout mais, plus les années avancent, plus elle préfère passer ses après-midi couchée sur la banquette arrière de la minivan pendant que Robin travaille. Robin porte toujours des pantalons longs parce quil naime pas montrer ses jambes blanches. Ses ongles sont toujours sales. À chaque fois quil sort de la douche, il tente de les nettoyer avec son coupe-ongle ou sa brosse, sans succès. Il na jamais compris pourquoi. Malheureusement pour lui, ses ongles sont destinéà rester sales pour toujours. Mais encore là, il sagit dun détail qui peut éveiller le désir de certaines filles, sil y croyait aussi lorsquon lui dit! Robin est grand, son corps est fin mais vif. Ses bras se sont subtilement musclés après toutes ses années à travailler dans la rénovation. Travailleur solitaire et célibataire, il est convaincu quil préfère vivre sa vie seul (avec son chien).

À chaque nouveau contrat de réno, on remet à Robin les clés dune nouvelle maison. Lorsquil a commencé à faire ce métier, il y a plus de 15 ans, il fantasmait sur ces nouveaux endroits auxquels il avait soudainement accès. Des endroits fermés, pleins de mystères, de cachettes et de possibilités. 

Il y a pas si longtemps, Robin a rencontré Sofia. Une Argentine 12 ans plus jeune que lui. Elle aussi est convaincue quelle préfère vivre sa vie seule. Mais entre eux plane une tension sexuelle hors de lordinaire. Un pétillement, des étoiles, du feu qui explose, des éclairs, du tonnerre. Cest rose, orange, couleur peau, ça flashe, ça bégaye, ça brûle, ça leur tord les boyaux. Cest flamboyant, cest violent, cest incontrôlable. Ils voient flous, vide, noir puis rouge. Ce nest pas juste cute, mignon, charmant. Cest animal, viscéral, ça na pas de nom. Cest puissant, indescriptible. Ils ne peuvent pas se battre contre cette attirance MAIS, ils sont toujours convaincus que la vie les veut célibataires et que cest mieux comme ça. Alors… Sofia a proposé un contrat à Robin. À chaque nouveau contrat de réno, à chaque nouveau trousseau de cléà chaque nouvel espace, Robin doit la contacter. Il lui donne ladresse puis elle sy pointe. Alors que ses clients sont au travail, Robin et Sofia explorent toute la maison, toute la journée. Dans chaque échéancier que Robin fait pour ses clients, il calcule une journée de plus afin dhonorer son contrat avec Sofia. 

Comme la fois où il devait refaire l’énorme salle de bain dune maison de banlieue. Lorsque Sofia est arrivée dans la maison à 7h36 (6 minutes après le départ des propriétaires) il sest formé une espèce de halo autour delle. Robin ne voyait plus clair. Il la laissait se déplacer dans la maison, fouiller dans les tiroirs, essayer les diverses casquettes de basketball quelle trouvait sur les étagères. Il la suivait partout, la laissait faire le tour en silence. Sofia aimait beaucoup laisser durer le moment entre leur premier échange de regards puis leur première étreinte. Ils profitaient du désir, de lattente, de la patience. Le jeu leur plaisait. Alors quelle mangeait de façon gourmande les figues dispendieuses et les prunes juteuses quelle avait trouvées sur le comptoir de la maison, les yeux de Robin faisaient des allers-retours entre son cul et sa bouche doù dégoulinait le jus de fruit. Alors quelle léchait chacun de ses doigts en fixant ses deux yeux ronds, il eut un élan vers elle mais elle larrêta. Sofia continua de se promener dans la maison, à la recherche de la pièce parfaite. Cest lorsquelle ouvrit la porte du garage et quils découvrirent une rutilante voiture décapotable rouge que ses yeux silluminèrent. Amusée, elle se mit à se déshabiller doucement. Robin attendait patiemment lautorisation de sapprocher. Une fois quelle était nue de la tête au pied, elle se mit à se déhancher, à frotter son cul sur la carrosserie impeccable en riant. Elle posa délicatement ses doigts sur son sexe. Sous les yeux curieux et obnubilés de Robin, elle les fit tournoyer autour de son bouton rosé à une vitesse incroyablement lente tout en continuant de se déhancher. Les yeux de Robin sembuait et sa bouche sentrouvrait. Sofia fit alors glisser ses doigts à lintérieur de sa chatte. Puis elle ressortit ses deux doigts reluisants avec lesquels elle parcourra son corps. Son pubis, son ventre, ses seins volumineux pour aboutir dans sa bouche. Elle les dévora avec une telle passion que Robin en eut le souffle coupé. Avec les mêmes doigts, elle lui fit le signe quil attendait : elle lui fit le signe de venir. Robin se précipita sur elle et lembrassa goulûment tel un feu dartifice, le big bang et une bombe atomique. En un quart de seconde, il sentit chacun de ses petits poils se soulever et son érection déjà impressionnante devenir monumentale. Il dézippa sa braguette puis sortit sa queue que Sofia sempressa dinsérer entre ses cuisses où elle glissa aisément. Une fois au fond delle, Robin y resta quelques secondes, afin de profiter de cette drogue duquel il était en manque depuis quelques semaines. Sofia, qui affectionnait particulièrement ce moment, le laissait toujours profiter de cette sensation aussi longtemps quil le souhaitait.  

Robin la retourna puis la prit par-derrière. Ses mouvements étaient agressifs, ses doigts serraient sa peau et laissait des marques au même titre que le corps de la belle le faisait sur la voiture.  Partout où il la déposait, une forme de cul, de cuisses ouvertes, de seins ou de main à plat se dessinait sur la peinture rouge. 

Toute la journée, sans relâche, ils revenaient baiser dans le garage… sur la voiture… dans la voiture… bientôt presque sous la voiture. Vers 15h, il proposa à Sofia deux options. Elle devait partir ou aider Robin à nettoyer la carrosserie. Lorsquil vit dans ses yeux les petites étoiles pétiller, il comprit quil ne pouvait pas lui donner ce deuxième choix et dut la mettre dehors. 

Il ne lui restait que quelques minutes pour faire briller la peinture rouge. À chaque fois quil effaçait la marque subtile dune partie du corps de Sofia sur la carrosserie, il ressentait un léger pincement. Des souvenirs de sensations très précises mélangées à une envie de recommencer, une certaine nostalgie puis un vide. Sofia venait de le quitter et il avait déjà envie de la retrouver, de sentir lodeur de ses cheveux, de lentendre rire, de se perdre dans ses yeux, d’écouter ses histoires absurdes. À chaque contrat, à chaque nouveau set de clés, à chaque fois quelle passait une journée avec lui puis quelle le quittait, le sentiment de manque était plus grand. À chaque nouveau contrat de réno, il remet en question son contrat avec Sofia. 

Robin se rendit donc à l’évidence : il avait deux choix. Prendre de simples petits contrats de rénovation beaucoup moins longs afin de la voir plus souvent… ou… renoncer au contrat actuel avec Sofia pour lui en offrir un de longue durée, exclusif et plus engageant.

-Gamignonne

GAMIGNONNE

Leave a Reply