Illustration par Pascal Blanchet

Illustration par Pascal Blanchet

..

.

Il faut être honnête, ça n’arrive pas à chaque fois. Quand ça se produit, c’est comme le phénomène vibratoire qui se transposerait dans les corps. Quelqu’un pourrait entrer dans la chambre pour passer le balai ou fouiller dans le placard et on ne le verrait même pas. C’est une autre dimension dans laquelle l’air semble vibrer et brouiller notre vision. Nous sommes des chevreuils devant les phares d’une voiture, on est happé par l’autre. Nos yeux crient comment on se trouve beaux, et on est surpris comme si c’était encore la première fois. C’est ça la zone. La zone du cul si tu préfères. La bulle du sexe.

Cette fois-là, c’était une fois comme ça. Pourtant, rien n’annonçait la production de ce phénomène. Je sais plus quand, mais ç’a viré de bord. Puis ma vue s’est brouillée sur les côtés pour former un fuseau très net au milieu. Vroom!

J’étais à me préparer pour sortir et tu étais assis dans le lit devant un de tes magazines. Tu m’as saisi la main au passage et tu m’as tirée vers toi. J’ai résisté un instant, puis je t’ai rejoint dans le lit.

Ça y est! Je me souviens maintenant. C’est quand ta langue qui dansait sur mon clitoris a eu l’idée folle de glisser jusqu’en bas. Non. Encore plus bas. Tu t’en souviens maintenant? Deuxième trou en bas. Mes pupilles se sont dilatées, comme celles des chats quand ils ont repéré une proie. J’entrais dans la zone et j’avais bien l’intention de t’amener avec moi.

Je me suis redressée machinalement et tu as semblé surpris de me voir. Je devais avoir une de ces tête! Je me tenais à genou devant toi, les yeux virés dans les tiens. Tu as compris et tu t’es étendue sur le lit comme je l’aime. C’est à dire légèrement appuyé sur les oreillers empilés en montage. C’est un détail, mais ça prend toute sa signification dans la zone. Mes yeux de chat cherchent ton sexe et ma bouche salivait déjà. J’avais la rage de toi. Black!

Il y a un flou ici. Mes lèvres entourent ta queue, mais je ne sais pas comment je me suis retrouvée là. En tout cas, il y a beaucoup de salive, ça glisse, ça coule jusqu’à la base de ton sexe. Dans la zone, ton pénis est la meilleure chose que je n’ai jamais mise dans ma bouche, toute catégorie confondue. Oublie tous ces popsicles et ses suçons! Ce pénis-là, c’est de la bombe! Je retire mes lèvres et te regarde avec un petit sourire en le caressant doucement d’une main. Tu sais ce qui s’en vient et tu me supplies du regard. C’est ambigu. Un mélange de désir et de peur. Je me penche à nouveau sur toi et dépose mes lèvres sur tes testicules. Tu expires un grand coup et maintenant, je sais que tu y es entré. Dans la zone, je veux dire. J’accueille une de tes ballz dans ma bouche et tu ne bouges plus. L’opération est dangereuse et la ligne est mince entre le plaisir et la douleur. On le sait et on aime ça. Je te libère et tu m’attires vers toi. Black!

Je te sens. Tu es par-dessus moi. J’ouvre les yeux. Tu me regardes et tu es tout simplement magnifique. Tu fais des va-et-vient avec le rythme et la force parfaite. J’empoigne tes fesses et te force à rester en moi un instant. Tu te penches pour m’embrasser, on roule sur le côté et j’ouvre à nouveau les yeux. On est étendus face à face et je bouge doucement mon bassin qui enrobe ta queue. Tu cherches à m’attirer vers toi, mais je te repousse doucement. J’aime te garder à un bras de distance pendant que nous sommes emboités par le bas. Tu fermes les yeux, tu n’en peux plus de me voir. Puis, comme si tu avais imaginé le pire, tu les ouvres à nouveau. Black!

Je suis sur toi, mais je ne te vois pas parce que tu as ta tête dans mes seins. Je sens que tu les embrasses et les mordilles. Quand tes dents se resserrent sur mes mamelons, mon sexe se resserre sur le tien. C’est ce que nous appelons l’effet du remote et ça n’arrive que dans la zone. Tu réapparais et nous nous embrassons. Je mords tes lèvres et tu glisses ta main jusqu’à mon derrière. Je vois clair en toi, comme si un fuseau énergétique liait nos deux cerveaux. Tu veux créer un effet de rétroaction et je suis entièrement en phase avec toi. J’arrête mes mouvements verticaux, pour me concentrer sur les horizontaux et les circulaires. Ton doigt se pose sur mon anus. Sans forcer, tu appuies doucement sur ce bouton et tu reçois la réponse escomptée. Il accueille ton doigt qui s’enfonce maintenant à l’intérieur. Eh voilà! On va venir en même temps, ça se sent. C’est une question de seconde. J’ai à peine le temps de me demander si tu sens ta propre queue qui glisse sur ton doigt. Blanc! C’est l’éclair. Je jouis et je ne te laisse pas vraiment le choix d’en faire autrement, alors tu jouis aussi.

J’ouvre les yeux. Je suis étendue sur toi et ta queue est encore en moi. Je me roule sur le côté et saisit mollement mon cellulaire. J’ai 5 messages texte de mon amie qui m’attend au métro. Je suis en retard. Je ne les avais même pas entendu entrer. Ah! La zone!

-Douce Poitras

Douce Poitras

1 Comment

  1. SOPHIE
    May 10, 2015

    Magnifique !!

    Reply

Leave a Reply