Illustration de Karina Dupuis

Illustration de Karina Dupuis

 

On avait mis de la musique forte et on arrivait à jaser en chuchotant. Je sais pas comment on faisait pour se comprendre, pour s’entendre, mais ça fonctionnait. Un moment donné, notre façon de se toucher est devenue plus douce, on parlait moins, on respirait plus. On buvait encore puis on s’embrassait. Nos lèvres s’emboîtaient, nos langues se chatouillaient. Ça résonnait jusque dans ma poitrine sur laquelle il a justement posé une main. Faque c’est allé vibrer plus bas. Dans mon ventre, entre mes jambes et à l’intérieur de mes cuisses.

Il s’est mis à me mordre les lèvres puis à me serrer les seins. Je l’ai senti plus entreprenant que d’habitude. Comme s’il avait quelque chose dans la tête, une idée, pis qu’il avait envie que ça soit pas juste un fantasme. Moi, je suis pas toujours game de dire mes fantasmes ou de demander des choses précises quand j’fais l’amour mais j’aime ça quand l’autre le fait. J’aime me plier au jeu, faire ce qu’il me demande, être un peu soumise. J’aime ça parce que ça me donne l’impression d’être fucking désirée. Et puis, si le gars me dit précisément ce qu’il veut et que je le fais, ça doit bien vouloir dire qu’il prend son pied. Et puis moi, quand l’autre tripe, je tripe encore plus. C’est donnant-donnant.

Alors, on était en train de se frencher. J’sentais qu’il avait quelque chose sur le bout des lèvres… ses lèvres sexy qui me donnaient envie de glisser ma main dans ses pantalons. Puis… c’est ça qui est arrivé.

Il s’est reculé et m’a regardée un moment. Il a souri un peu. Il n’assumait pas parfaitement son rôle d’autorité. Je l’ai senti alors j’ai fait mine d’être dans l’coup avec mes petits yeux complices. Il m’a dit qu’il avait envie de voir mes fesses, de les regarder. Il m’a demandé de me lever. D’un coup, j’ai senti une grande excitation mêlée à une petite gêne, quand même! Y’était presque en train de me demander de lui faire un show là! Ouf. J’ai câlé mon drink, j’me suis concentrée sur la musique et je me suis levée. Il m’a dit d’aller contre le mur, de m’appuyer dessus et de me pencher. Faque je me suis appuyée contre le mur puis je me suis penchée. Malgré la gêne, je me déhanchais quand même un peu, j’pouvais pas faire autrement. Et je me suis rendue compte que sa requête m’excitait pas mal. Il me fixait. Assis sur le sofa, il s’est replacé et a bien écarté les jambes comme pour laissé toute la place à son érection qui devenait de plus en plus grosse. Alors, j’en ai mis. J’ai dansé, avec mon cul bien levé dans les airs et mon dos cambré. Ça l’encourageait. Il m’a demandé de défaire ma ceinture, de descendre mes pantalons et ma culotte jusqu’à mes genoux. En baissant ma culotte, je me suis rendue compte que j’étais toute mouillée. Particulièrement mouillée. Ça m’excitait de sentir qu’il me regardait, qu’il aimait ce qu’il voyait, qu’il me désirait follement. Il a pris son érection dans sa main, il se caressait par-dessus son jean. Il m’a demandé de me pencher à nouveau. Je l’ai fait. Devant lui, il n’y avait que mon cul, tout rond, qui l’appelait. Je me penchais assez pour qu’il voit mon sexe aussi, luisant et invitant. Je trouvais ça fucking excitant. Je me tournais pour le voir, bandé et mouvant. Sa bouche entrouverte. Je pouvais voir toutes ses pensées vulgaires lui passer dans la face. Il pouvait rien me cacher. J’avais envie de me toucher, ça vibrait trop fort entre mes jambes. Il m’a dit «non». Alors j’ai résisté et j’ai reposé ma main contre le mur. Mais là, il ne pouvait pas me laisser comme ça longtemps. Il s’est levé et est venu derrière moi. Il a fait durer le suspense quelques secondes, mais pour moi, c’était comme une éternité. J’avais hâte de savoir ce qu’il allait me faire, il semblait avoir son petit plan. Il s’est approché très près puis a collé son érection, qui était toujours sous son jean, entre mes fesses. Il m’a caressée, comme ça, seulement avec son érection que je sentais bien dure. Moi, je me déhanchais, je pouvais pas faire autrement. C’était vraiment excitant de sentir que je mouillais son jean. Que je laissais ma trace sur ses vêtements alors que j’étais encore prisonnière de mes pantalons que j’avais abaissés jusqu’à mes genoux. Il a pris mes hanches dans ses mains et il a caressé mes fesses. Il semblait prendre conscience de tous les petits aspects, les petits détails qu’on ne voit pas quand on ne fait que baiser. Il effleurait le petit rebondi, en dessous de la fesse. J’sentais qu’il me scrutait, qu’il m’observait, qu’il m’examinait, mais avec les doigts, juste en touchant, sans les yeux. Il collait encore son érection contre ma peau nue. J’lui ai dit que j’étais fucking mouillée et que c’était sur le point de couler sur mes cuisses. J’ai exagérée, oui, mais c’était pour l’exciter plus. Il est alors allé, avec sa main, par-derrière, chercher ma cyprine qu’il a ramené jusqu’à mon cul qu’il s’est mis à frotter délicatement. La simple surprise de son geste m’a revirée toute à l’envers. J’ai craqué. Puis il s’est collé à moi, de tout son long. Il a agrippé ma nuque puis mes cheveux. Il m’a frôlé tout le corps avec sa main de libre. Les frissons que ça me procurait avaient quelque chose de violent. Il continuait de me caresser le cul. De plus en plus vigoureusement. J’avais la peau toute vulnérable. À l’affut. Chaque partie de moi qu’il touchait se réchauffait, se raidissait, se dilatait. Je tremblais presque. Il ne m’a pas touché la chatte, pas encore. Mais il a entré un doigt dans mon cul. Là, j’en pouvais plus, j’ai laissé tout mon plaisir sortir. J’ai gémi, comme si je fondais, comme si je m’étais enfin fait attraper. Et puis il me collait encore, me serrait contre le mur froid. Ma chatte oubliée mouillait davantage. J’lui ai dit que j’avais envie de me toucher. J’lui ai dit parce que je savais qu’il avait son plan dans sa tête et je sentais que je devais lui demander la permission. Il m’a encore dit «non» et m’a serré la main que j’allais me glisser entre les jambes tout en continuant de me pénétrer le cul avec son doigt. J’étais à sa merci.

Et puis il m’a lâchée et il s’est reculé. C’était comme si on m’abandonnait. Qu’on avait éveillé mon corps, qu’on l’avait porté à ébullition et que, tout d’un coup, on le laissait là, bouillant et brûlant. Je sentais toutes les pores de ma peau qui en demandait plus. Je savais qu’il ne me laisserait pas comme ça encore longtemps alors j’ai patienté. Je ne voulais pas me retourner vers lui, je ne voulais pas voir, je ne voulais pas deviner ce qui s’en venait. Mes mains étaient toujours appuyées contre le mur et je me suis penchée à nouveau pour lui présenter mon cul. Mes pantalons étaient rendus à mes chevilles, j’en étais toujours captive. Mais je pense qu’il aimait ça. Du coup, j’aimais ça aussi. Je l’ai entendu défaire sa ceinture. Il a ouvert sa braguette puis il a légèrement baissé son jean. Juste pour dire. Juste pour avoir assez de place pour sortir son pénis tout dure. Il s’est caressé en me regardant. J’en pouvais plus. J’lui ai dit qu’il devait me baiser sinon j’allais exploser. Il m’a dit «non». J’ai patienté.

Puis il s’est avancé vers moi et, rapidement, il est entré dans ma chatte. Profondément. D’un coup. Comme ça. Sans crier gare. En me serrant fougueusement les hanches. L’effet que ça m’a fait. Un mélange de soulagement et d’avidité sans fin. Je me suis encore plus cambrée et lui il est allé et venu très fort et très vite. Je sentais qu’on était tous les deux bien réchauffés et qu’on avait envie de quelque chose de costaud. Il me baisait fort. Ça me faisait un bien fou. Après toute cette montée. Et puis, il ne m’avait pas caressé la chatte, pendant tout ce temps. Mon sexe en voulait. Alors il lui en donnait. Puis il s’est remis à me caresser le cul et à y entrer un doigt tout en me baisant. J’avais envie de mordre tellement c’était bon. C’est là qu’il a justement mis ses doigts dans ma bouche. Je les ai léchés puis mordus puis ça lui faisait mal mais au lieu de les retirer de ma bouche, il s’est mis à me baiser plus fort. Et puis j’ai enfin glissé une de mes mains entre mes jambes et je me suis caressée. J’étais sollicitée de partout… On a joui.

Puis, on s’est écroulés sur le sol froid. On était tout en sueur. Nos corps tremblaient encore. Mes longs soupires lui disaient clairement que j’avais aimé son petit jeu. Il a dit qu’il allait recommencer.

-Gamignonne

GAMIGNONNE

9 Comments

  1. maryse
    December 21, 2014

    j’ai adoré cette histoire et je me suis masturbé, j’ai eu 4 fois mon orgasme. J’attend de croiser le regard du premier inconnu que je rentrerai dehors pour l’entrainer à me baiser
    maryselilith@outlook.com

    Reply
    • Bidaoui
      May 9, 2015

      Si je te connaissais on se serait regalé

      Reply
  2. camille
    January 24, 2015

    Jai envis de peter

    Reply
  3. Olivier
    March 4, 2015

    Très belle histoire et très bien raconté. Ca donne envie d’être à la place de ce monsieur.
    Histoire durement bandante.

    Reply
  4. Olivier
    March 4, 2015

    Très belle histooire et surtout très bien raconté. Ca donne envie d’être à la place de ce monsieur.
    Récit durement bandant.

    Reply
  5. denia
    April 6, 2015

    Degeu

    Reply
    • love_sex
      December 21, 2015

      Non c’est full bon je suis tellement mouillée j’ai eu 2 orgasmes

      Reply
  6. penka
    June 29, 2015

    très belle histoire, xa ma excité grave. et j’ai failli jouir sans me touché

    Reply
  7. inconitoo
    August 27, 2015

    Je me suis masturbé la maintenant sa ma exitée ton histoire xDD

    Reply

Leave a Reply