Illustration de Véronique Côté

Illustration de Véronique Côté

 

Enfant, je n’ai jamais écrit de lettre au Père-Noël, ce n’était pas vraiment le genre de Môm pis de la maison non plus, aussi parce que je n’y ai jamais vraiment cru. Gamine manquant de candeur à tendance défiante, j’emballais fièrement les cadeaux que les adultes avaient achetés pour les autres enfants, frères, sœurs, cousins, cousines et toujours un être esseulé, sans famille, pour le Noël du moment.  Ne vous méprenez pas, je n’étais pas exploitée mais salement volontaire. Il fallait avouer que je faisais les plus beaux emballages cadeaux et les boucles de rubans les plus mortelles.

Ainsi, je faisais ma grande.

Quelques tantes outrées par le renversement de situation du monde des enfants vers celui des adultes ou appelons ça, une insulte à la dite magie de Noël, refusaient de me laisser emballer les leurs. Quand le sapin s’emplissait mystérieusement de tous les paquets cadeaux, on voyait bien ceux que j’avais signés, ceux que les tantes réfractaires avaient emballés, un brin ringards, sans oublier, ceux emballés par les scouts des Galeries Lafayette, un massacre, du travail torchonné.

Le manque de naïveté et de capacité à s’émerveiller, ayant ses limites, je n’emballais pas les miens, de cadeaux, tout de même. Un peu de tendresse bordel. Et beaucoup d’amour je recevais toujours, Noël ou pas Noël. Ma Môm reste la plusse hot.

***

Sauf que quand tu ne grandis plus, tu commences à vieillir (je me délecte ici de l’ironie de ce changement de vocabulaire) donc tu ne peux plus croire au Père Noël. Tu serais même cave de juste vouloir y croire encore. Et c’est là qu’est le risque de déconfiture : tu peux devenir un vieux con ou un gros criss à petites tendances fascisantes étouffées du quotidien. Certes, je théâtralise voire extrapole. Check ça pareil, si tu as arrêté de grandir dans les dernières années.

Et dis toi que ce n’est pas parce que :

-tu payes tes impôts à temps

-que tu n’oublies aucun anniversaire

-que ton gazon a toujours la bonne longueur

-que ta blonde a accepté de sacrifier ses seins pour allaiter vos kids (parce qu’ils ressemblent à deux débarbouillettes maintenant et ils sont plus petits qu’avant en plus)

-ou que tu vides le lave-vaisselle chaque fois

-ou encore que tu te retiens de dire aux filles (celles qui ne sont pas ta blonde) que tu les désires à t’en rendre fou sous ta douche que tu es une bonne grande personne.

-Bla bla bla.

Bref maintenant que tu es mûr et bien tu n’as plus le droit d’écrire de lettre au Père-Noël, n’est ce pas ?!  Alors, à ton tour tu perpétues cette « magie de Noël » puisque tu n’es plus autorisé non plus, à manger ton gâteau de fête en en foutant partout devant les yeux d’extatiques des autres adultes. Ça serait weird. Tu n’as plus le droit non plus de gémir comme un enfant fatigué peu importe l’endroit. Ça serait weird. Tu n’as plus le droit de « capricer » une crise pour une raison ridicule et superficielle dans un lieu publique en te roulant à terre (BTW je n’ai jamais eu ce droit là). Tu n’as plus le droit d’avoir des moustaches de lait quand tu bois ton café. C’est pas tant weird. Si tu as de la nourriture autour des lèvres en mangeant, on devient vite mal à l’aise, (tu sais le p’tit spouich disgracieux mayonnaise ketchup); que dire d’une crotte de nez pas à sa place, quant à des propos irréfléchis un peu mal dégrossis.  Ça, ca peut être très weird, avec même sanction à la clé. Évidemment tu as perdu depuis longtemps ton « cutenesss cred », les chatons et enfants en ayant fait un lobby, avant toi. ET Tu ne peux toujours pas te masturber où tu le souhaites. Ça serait weird.  Sérieux.

***

Dans un tel contexte, te guette le syndrome de l’«enfulte», genre d’enfant-adulte, une belle enflure ou devenir un gros con, ton autre option. Sans provoc’, ni cynisme mais pétris d’amour et de compassion, ne nous mentons pas, en chacun de nous, sommeille ce petit monstre, sinon je ferais la sieste avec toi dans de moelleux nuages sur la job sans que tu bandes, mes cheveux pousseraient roses et je pisserais du Chanel #5. Ni Marilyn, ni Catherine Deneuve ou encore Brad  n’auraient eu besoin de devenir égérie d’un tel jus sur du papier glacé, pour me faire rêver…Hey que je rêve…

Alors cher Père-Noël à la crinière blanche et aux joues rosies de jovialité ou de vin chaud, toi qui n’existes pas depuis jamais, écoute moi ben, voici, ma lettre de souhaits que je n’ai jamais écrite du temps où je grandissais encore.

Maintenant, cher Père-Noël, fais moi un peu rêver et glisse moi dans la cheminée un peu de cette magie de Noël.

Criss.

T’as compris mon gros !?

***

Hum faque je reprends…

***

Cher Père-Noël, cette année Sherifa voudrait :

-Un garçon.

-Elle voudrait que dans ta hotte cette année, il y ait des pénis mais juste un, pour Sherifa. Les autres pour mes chums de fille et de gars aussi.

-Sherifa voudrait qu’autour de ce pénis de Noël, il y ait un garçon dont elle puisse sentir le pouls.

-Un garçon vivant, qui n’hésiterait pas à la ramasser. Un brin rough. Une légère brise de mauvaise éducation. C’est Noël, célébrons la naissance du divin enfant dans l’allégresse, n’est ce pas ?

-Sherifa voudrait que ce garçon la rentre dans le mur sans prendre de chemins de traverses et sentir la pulsation du pouls de son bat raisonner dans le mur et dans ses hanches.

-Qu’il l’étampe assez fort dans ce mur pour que son cul y soit presque fossilisé. Un hommage.

-Qu’il arrête ses effleurements de prince du bout des doigts,  qu’il  les rentre ses doigts, câlisse.

-Sherifa voudrait pour Noël que ce garçon lui fasse des petits bleus qui mettraient du temps à disparaître au fil des jours dans un arc en ciel de couleurs mal élevées. Que ces bleus pas bleus, vieillissent en passant du rouge au violet jusqu’au brun jaunâtre, stigmates d’étreintes bien méritées.

-Que les autres, remarquent sournoisement, ces bleus témoins de parties de sexe enlevantes pendant lesquelles, le garçon aurait pincé et tâté de la Sherifa sous  son regard béat.

-Ha oui, Sherifa voudrait qu’il lui tire les cheveux,  ce garçon, ça la starte. Qu’il les emmêle pendant leurs va-et-vient, qu’il les emmêle encore plus quand il vient. OK !? Elle n’a pas peur d’avoir des nœuds, pas de chevelures de princesses, ici, on n’est pas au Noël de Mickey.

-Qu’il la pine dans ce mur comme une pin up des années 40 collée dans le cockpit des avions de soldats qui survolent les territoires ennemis, en rêvant à de torrides ébats plutôt qu’à ces vols de nuit.

-Sherifa voudrait que ce garçon inconnu porte souvent des jogging pour qu’elle les fasse glisser en un rien vers le sol pour y cueillir de sa bouche mouillée son bat brandissant tout ce qu’elle veut. Ce n’est toujours pas Mickey qu’elle veut sucer.

-Elle voudrait Sherifa qu’il la prenne aussi dans des endroits et moments inopportuns.

-Qu’il ne se serve pas de sa langue, juste pour visiter ses creux mais qu’avec, il parle aussi. Qu’il lui dise tous les projets lubriques qu’il lui réserve. Cela pourrait peut-être, la starter autant qu’une mèche de cheveux tirée en arrière de la nuque un peu sèchement. Ouff…Hum. Miam.

-Qu’il la sexte à n’importe qu’elle heure de la journée avec des mots les plus mouillés possibles qui réussiraient à la faire rougir d’une gêne gluante de désir.

-Que des images trop suggestives poppent parfois sur son cell’ aussi quand ce n’est pas le moment.

-Elle voudrait que pour ce garçon, il n’y ait pas de différence entre faire l’amour et baiser.

-Sherifa voudrait qu’il lui rentre dedans comme si c’était presque vital,  qu’il lui rentre dedans plus profond,  comme s’il n’avait pas le choix que de lui remplir l’entrejambe de son désir incontrôlable d’animal mal dressé.

-Sherifa voudrait qu’il s’occupe de ses seins et pas juste au début. Capito ?

-Que lorsque qu’il la prend sur le bureau, qu’il s’en crisse que le bureau cogne le mur et l’abîme dans son angle. bang bang BANG.

Faque c’est ça, Sherifa voudrait pour célébrer la magie du temps des fêtes, un garçon qui la retourne, comme elle le mérite. Et ferait de son bat, son nouvel ami et du gars,  son nouvel amant.

-Elle voudrait que les airs continuent de sentir le sexe pendant longtemps après leurs sauteries festives et que l’odeur soit assez tenace pour que tout le monde sache. Et que ce tout le monde jalouse ce garçon. Et Sherifa aussi. Elle aimerait bien même que leurs odeurs respectives post-jouissance s’impriment longtemps sur la peau de l’un et de l’autre et qu’elles soient senties par de parfaits inconnus ou pas, quand ils vont travailler, prendre un taxi, à la boulangerie ou même à l’église, ce soir, aux alentours de minuit.

-Sherifa voudrait même dans un élan de sentimentalisme, de temps en temps, spooner avec le garçon au pénis.

-Ha et s’il pouvait avoir quelques cicatrices pas forcément significatives, une ou deux tites cicatrices juste pour dire, hen Père-Noël, dis ?

-Sherifa voudrait bien, Père-Noël, qu’il ait un chalet (avec une douche extérieure) ce pénis avec un garçon autour mais ça demeure très accessoire, en vérité. Le chalet, pas la douche.

Père-Noël, je dois t’avouer que  je n’ai pas de sapin, ni de cheminée  à la maison alors, j’espère que tu pourras me gâter même si je ne n’ai pas toujours été des plus sages. Cela dit, tu serais fier de moi et de la période de régression que j’entame en t’écrivant cette lettre.

Sinon, si ma liste de souhaits de Noël est trop gourmande et pas vraiment à la hauteur de ma sagesse, apporte moi, sous mon (pas) de sapin juste une paire de jogging et des briques. Je vais le construire moi-même, ce mur de nos ébats, à ce garçon et moi.  Je ferais bien sûr, le plus beau des emballages cadeaux, à celui à qui je l’offrirais.

Garçon, check ben sous ton arbre en ce mois de décembre 2014, même si t’en as pas, il y’aura peut être un paquet avec une boucle de l’enfer même pas du Père-Noël mais signé d’un S et d’un T.

 

-Sherifa Tarasse

Sheriffa Tarasse

1 Comment

  1. Sofia
    January 22, 2015

    Alors là, je suis totalement d’accord avec toi! J’aime la tournure des phrases, le côté dru et la wildness qui transparait.

    C’est une belle liste de cadeaux et je nous souhaite à toutes les deux qu’elle devienne réalité en 2015 ;)

    Reply

Leave a Reply